Pièce rapportée

 

 

Claire a 24 ans, elle vient d’acheter deux places de théâtre à la fnac, elle remonte sur son vélo et est fauchée par un motard qui a pris la fuite.

Claire est grièvement blessée et est dans le coma.

Elvire, sa mère, qui vit en province se précipite à Paris auprès de sa fille.

Elvire est mariée à un Bohlander, une famille bourgeoise catho, aisée et aussi une famille puissante, soudée, hypocrite.

Un véritable clan avec ses secrets qui ne doivent pas sortir du cercle.

Son mari Frédéric est avocat, c’est un homme égoïste, hautain et prétentieux.

Un des frères de Frédéric est médecin et l’autre prêtre. Il y a aussi Nathalie, la sœur rebelle …

Elvire n’a été appréciée que par le père Bohlander qui est décédé.

La vie  d’Elvire qui n’est déjà pas facile dans ce clan va devenir insupportable.

En effet, Claire qui était une jeune fille docile, intelligente avant l’accident, devient agressive, odieuse et méconnaissable. 

Evire est épuisée et peine de plus en plus à s’occuper de Claire. En effet, au fur et à mesure que sa fille reprend des forces, c’est elle qui en perd.

Elvire va faire le bilan de sa vie.

Elle revient en profondeur sur son passé, sur ses souvenirs, ses humiliations, ses regrets, ses frustrations et aussi ses peurs.

Elle va découvrir un tas de choses terribles qui étaient importantes pour son mari et ses filles alors q’elle était laissée à l’écart.

Petit à petit, Elvire va prendre du recul et va trouver la force pour se défaire des liens qui n’étaient qu’artificiels.

Elle va finir par accepter que  ses filles  lui soient étrangères et de ne rien savoir sur elles.

Elvire va aussi se libérer de cette famille hypocrite et méchante où le terme de «  pièce rapportée «  prend tout son sens.

C’est un roman éprouvant, Elvire nous touche  par sa grande solitude, ses monologues intérieurs qui nous révèlent sa souffrance et ses blessures qui la rongent tant elle les ressasse.

Je vous laisse découvrir les non-dits et les secrets de famille qui pimentent ce roman pas si digeste que cela !

Elise