le roman de zelda

 

Traduit par Laure JOANIN


Zelda est une toute jeune femme d'Alabama quand Francis Scott FITZGERALD, en mission militaire dans la région, en tombe amoureux. A la première rencontre, il succombe. Il organise une fête pour les 18 ans de sa dulcinée et lui propose de l'épouser. Malgré les réserves de ses parents devant ce jeune homme entreprenant dont l'avenir paraît bien incertain, Zelda SAYRE part au bras de son prince charmant. Direction New York où elle s'émerveille de tout ce qu'elle y découvre : la grandeur et la diversité artistique, l'architecture... Ils y vivent dans la luxure, fréquentent les grands de ce monde. Nous sommes dans les années 1920. Francis Scott FITZGERALD publie "Gatsby le magnifique" dont le succès est mitigé mais son auteur est persuadé de son talent. Le couple vit dans la perspective d'une fortune dite à portée de main. Qu'en sera-t-il de la réalité ?


C'est ce que vous propose Therese Anne FOWLER, l'auteure de ce très beau roman.


Alors que tout commence comme un conte de fée porté par le rêve américain, j'aurais pu rapidement sombrer dans l'ennui mais ça n'a pas été le cas.


En réalité, ce roman repose sur 2 originalités.


La première passe par la démarche engagée par cette écrivaine très bien synthétisée page 427 : "Ce livre est né de l'estime et de l'affection que je porte à la fois à Zelda et à Scott. Encore une fois, il ne s'agit pas d'une biographie, mais de la tentative d'une romancière d'imaginer l'effet que cela faisait d'être Zelda SAYRE FITZGERALD." Le fait de regarder cette vie par le filtre de l'épouse de Francis Scott FITZGERALD permet de découvrir les coulisses de la vie mondaine du couple, sans doute plus proche de la réalité que ce qui aurait pu être traduit par Francis Scott FITZGERALD bercé par le succès à venir.


La 2de concerne bien sûr l'exploration de la condition féminine au début du XXème siècle aux Etats-Unis avec une première partie sur l'éducation donnée aux jeunes filles d'Alabama. P. 48 : "Aucune femme mariée et respectable n'occupait un emploi si elle avait le choix, du moins en Alabama. Nous, les filles, étions éduquées dans l'unique souci et le seul objectif d'épouser l'homme convenable qui voudrait de nous". Mais que deviennent ces femmes une fois au bras du prince charmant ? C'est ce que nous dévoile la 2ème partie du roman avec les frustrations de Zelda devant un rôle de femme réduit à sa plus faible expression : entourée de domestiques, elle ne peut s'impliquer dans la vie quotidienne de sa famille laissant y compris sa fille, Scottie, dans les bras de nurses ; dans l'ombre d'un mari à succès, tout ce qu'elle peut peindre, écrire... n'est rien à côté de ce que lui peut produire. Torturée Zelda l'est par la menace qui pèse sur elle : p. 382 : "Son mari, sa famille, voilà les priorités qu'elle doit garder en tête, toujours. Sinon, elle est victime de dépression nerveuse".


J'ai beaucoup aimé découvrir l'envers du décor et puis, ce roman est peut être une voie royale pour me lancer dans la lecture de "Gatsby, le magnifique", en version originale s'il vous plaît (petit cadeau d'un couple d'Anglais qui me veut du bien !!!).


Annie