karpathia

1er roman


Je vous livre les 1ères lignes de la 4ème couverture :


"Un château fort au bord d'un lac, entouré de montagnes et de grandes forêts… C'est ce dont rêve le comte Alexander Korvanyi.
En 1833 ce capitaine hongrois quitte brutalement l'armée impériale pour épouser une jeune autrichienne, Cara von Amprecht. Aussitôt, il part de Vienne avec elle, pour aller vivre aux confins de l'Empire sur les terres de ses ancêtres."


Ce roman d'aventure est d'une telle densité qu'il est particulièrement difficile d'en parler.


Mais comme la vie est bien faite... Alors même que je souhaitais rédiger un article pour le présenter et que je le différais chaque jour, j'ai entendu son jeune auteur sur France Culture samedi dernier ! Je vous propose donc de me référer à quelques uns de ses propos.


Ce roman est, dit-il, "exotique" :


- exotique pour l'époque - nous faisons un voyage dans le passé pour nous retrouver au milieu du XIXème siècle,


- exotique pour l'espace géographique - nous partons loin de la France, en Transylvanie,


- exotique aussi dans sa propre démarche intellectuelle - scientifique de formation, il a laissé la chimie de côté pour se plonger dans le monde de la littérature et ça lui va bien !


Ce roman est une formidable épopée, romanesque à l'envi... mais ce ne sont pas ses seules qualités. En réalité, il aborde des sujets intemporels : celui de la différence avec tous ces peuples Saxons, Magyars et Moldo Vasques qui ne se mélangent pas, voire s'affrontent ; celui de la condition féminine aussi avec cette comtesse qui, pour l'époque, s'émancipe allègrement des principes, préférant cavaler au grand galop à travers prairies et forêts ; celui enfin des croyances, des pouvoirs surnaturels, à la limite de la sorcellerie...


L'écriture est fluide, les 700 pages se lisent avec plaisir.


Bravo Mathias MENEGOZ pour ce très beau 1er roman. Prévenez-nous quand vous publierez le prochain !


Annie