n'oubliez jamais

 

Vous vous souvenez peut être des billets publiés pour "Un avion sans elle" et "Ne lâche pas ma main"... je viens de terminer le dernier roman de Michel BUSSI, c'est encore un excellent polar !


Petit passage par la 4ème de couverture :


"Il court vite, Jamal, très vite. A cause de sa prothèse à la jambe et autres coups du sort, il a un destin à rattraper et l'ambition de devenir le premier handicapé à réaliser l'une des courses d endurance les plus ardues du monde, l'Ultra-Trail du Mont-Blanc. Parti s entraîner, ce matin de février, sur la plus haute falaise d Europe, il a d'abord remarqué l'écharpe rouge accrochée à une clôture ; puis la vision d une femme, incroyablement belle, les yeux rivés aux siens, prête à sauter dans le vide. Ils sont seuls. Le temps est suspendu. Ultime recours, Jamal lui tend l'écharpe, mais la femme bascule.


Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, Jamal trouve le corps inerte de l'inconnue, un filet de sang qui s échappe du crâne. A son cou, l'écharpe rouge.


Ceci est la version de Jamal. La vraie ?"


Mon avis :


Il est particulièrement déstabilisant de commencer à lire un livre et de voir, au 1er chapitre, en 3ème ligne, que la date du courrier adressé par le Lieutenant de Gendarmerie d'Etretat n'est autre que la date du jour, 13 juillet 2014 ! C'est pourtant ce qui m'est arrivé avec le dernier roman de Michel BUSSI. Et quand vous savez que ce roman est classé dans les polars, alors, là, tout peut arriver !


Michel BUSSI réalise un véritable tour de force avec ce dernier roman.


Il est un peu plus compliqué que les 2 précédents, il faut bien le dire. Le fait de faire référence à une autre chute mortelle passée dans les mêmes conditions il y a une dizaine d'années multiplie les personnages. C'est peut être la première raison. Et puis, il y a ces correspondances qui sont adressées et qui traitent de disparitions pour lesquelles le lecteur ne voit aucun lien avec le fil de l'histoire. Mais, au final, quelle machination ! 

Passé ce petit désagrément, je puis vous assurer qu'il s'agit d'un très bon crû.


Le deuil est bien sûr abordé avec les morts de ces 2 jeunes femmes, toutes les 2 tombées d'une falaise avec une écharpe rouge autour du cou. En tant que parent, comment survivre après une telle disparition ? Le handisport est également évoqué avec la compétition que prépare l'un des personnages principaux. Et puis, il y a le sujet du coupable facile, celui que tout accable, celui qui est différent des autres et qui pourrait bien porter le chapeau...


Le lecteur avance au gré des stratagèmes construits de toute pièce et ô combien machiavéliques... je ne peux pas vous en dire plus, lisez le !


Avant de vous quitter, un petit clin d'oeil à Joe COCKER ! Ce titre, vous le connaissiez déjà, n'est ce pas ? Si vous doutez, écoutez plutôt : http://www.deezer.com/album/300227


Annie