Germain-S 1989 (150 p)


Le roman : Gabriel, photographe, est un homme d’images et de visions. Sa femme Agathe l’a quitté il y a 15 ans et il ne s’en remet pas. Il projette sa solitude sur la façade des bains turcs qui fait face à son immeuble, représenté par un visage d’homme. Arrive le jour où ce vis-à-vis est démoli. Les blessures et les douleurs refont leur apparition, sans complaisance.


Le style : Un souffle esthétiquement impeccable, la langue à elle seule donne le vertige.


La phrase : « S. qui posait sa douleur inconsolée sur la face des inconnus rencontrés au hasard – comme une buée »

Que j'aime Sylvie Germain !

mjo