Jeanne BENAMEUR_Angers_04 04 2013

Hier soir, à Angers, Jeanne BENAMEUR accordait un peu de son temps à des lecteurs locaux, invités par la Librairie Contact, que je félicite d’ailleurs pour l’initiative.

Après avoir lu « Profanes » (son dernier roman, un chef d’œuvre !), ainsi que « La boutique jaune », et « ça t’apprendra à vivre », je ne pouvais décemment pas passer à côté de ce rendez-vous.

Et là, ce fut un grand moment.

Cette femme est absolument remarquable :

- le regard fixe, attentionné, se déplaçant très lentement pour lui donner plus de puissance encore,

- une voix douce et délicate, qui nous chuchote à l’oreille que la vie est belle, précieuse,

- une approche simple des choses de la vie, de notre quotidien, dont les imperfections constituent la richesse,

- une analyse de l’autre et des relations qu’il peut entretenir avec ses congénères disséquée jusque dans ses moindres détails,

- des mots justes où résonnent l'authenticité, la sincérité,

- une formidable foi dans l’homme, dans sa capacité à rebondir même dans les moments les plus difficiles, à « renaître », à franchir des « seuils », qui ne peut que rendre beaux les individus... Elle offre à chacun la possibilité d'exprimer le plus profond de soi, un peu à l'image d'Octave LASSALLE finalement, le personnage principal de son tout dernier roman. Je vous en livre un extrait qui me paraît bien représenter cet état d'esprit : "Elle avait employé plusieurs fois ce mot "tentative". Un mot qu'il aimait. C'était celui qu'il employait pour baptiser le fait de vivre : une tentative. Un mot humble, qui donne le droit de se tromper, d'errer, de recommencer."

Bref, c’est un peu tout ça Jeanne BENAMEUR, une femme que l’on aimerait écouter, encore et encore… lire aussi (et là, heureusement, il reste quelques ouvrages encore à découvrir !).

Je comprends pourquoi Noukette a lancé un challenge en son honneur, cette femme « le vaut bien » effectivement.

Merci pour ce très beau moment de complicité.

Annie