le roi n'a pas sommeil

Je vous livre la 4ème de couverture :

«Ce que personne n'a jamais su, ce mystère dont on ne parlait pas le dimanche après le match, cette sensation que les vieilles tentaient de décortiquer le soir, enfouies sous les draps, cette horreur planquée derrière chaque phrase, chaque geste, couverte par les capsules de soda, tachée par la moutarde des hot-dogs vendus avant les concerts ; cette peur insupportable, étouffée par les familles, les chauffeurs de bus et les prostituées, ce que personne n'a pu savoir, c'est ce que Thomas avait ressenti quand le flic aux cheveux gras lui avait passé les bracelets, en serrant si fort son poignet que le sang avait giclé sur la manche de sa chemise.»

J’ai été littéralement happée par l’écriture de cette jeune écrivaine de 22 ans.

Un premier chapitre plante le décor avec le désarroi d’une mère. Quelques petites phrases incisives : « Personne n’a jamais su » « A son retour ils savaient ». Mais savait quoi ? C’est ce que vous découvrirez à la lecture de ce roman, je ne peux décemment vous en dire plus sans rompre une partie de l’intrigue de ce très bon roman noir.

Encore une fois, l’absence de communication, d’échanges de mots conduiront des êtres à l’irréparable…

Ce roman fait partie de la sélection du Prix des Lecteurs Angevins.

prix des lecteurs angevins

Je vais lui mettre la note 8/10.

Annie