les murmures de la terre

 

Au début des vacances, un passage dans ma librairie préférée s’impose bien sûr, au cas où… un livre retiendrait mon attention !

 

Attirée par la couverture de ce roman de Véronique BIEFNOT, je le retourne et découvre la 4ème de couverture :

 

« Naëlle n’a plus goût à la vie et l’amour de Simon, son compagnon, n’y change rien. Frappée d’amnésie, hantée par d’insoutenables cauchemars, elle est prête à tout pour retrouver la paix intérieure. Un trekking méditatif en Bolivie, à quatre mille mètres d’altitude au cœur de panoramas splendides – voyage mental et communion avec la nature – lui permettrait-il de cicatriser ses blessures ? Naëlle est décidée à tenter l’expérience, même limite, jusqu’au bout de la vertigineuse route des Yungas. Lorsqu’elle disparaît à la fin du périple, Simon s’envole pour la Paz à sa recherche. Commence pour lui une quête non moins initiatique. »

 

Je suis déjà captivée par l’histoire de cette femme et sa quête intérieure. Un voyage en Amérique du Sud n’est pas pour me déplaire non plus. Impossible désormais de le laisser à la portée du premier lecteur venu, vous me comprendrez bien sûr !

 

Et je peux vous dire que le hasard fait très bien les choses, j’ai passé un excellent moment de lecture.

 

Le parcours de cette jeune femme est éblouissant : son départ pour un territoire inconnu, seule, contrainte de re-trouver ses origines pour re-naître. Son itinéraire est saisissant, ses souffrances profondes, sa lente reconstruction mystique sur fond de chamanisme. Sa psychologie, les traces laissées par un passé douloureux, sont disséquées avec minutie par Véronique BIEFNOT.

 

Les paysages de Bolivie sont décrits avec beaucoup de précision, un véritable moment d’évasion, on s’y croirait !

 

Le rythme de ce roman est trépidant. Construit comme un thriller, il tient en haleine le lecteur au gré de l’enquête que va mener Simon, son compagnon, ce qui n’est pas pour nous déplaire !

 

C’est aussi un roman d’amour, l’amour d’un homme qui tente le tout pour le tout pour aider l’être aimé à guérir.

 

Il ne m’en fallait pas plus pour être séduite par ce très beau roman.

 

Annie