Ahmed_KALOUAZ

Comme je l’avais annoncé, Ahmed KALOUAZ est venu à la Médiathèque de Saint-Barthélemy d’Anjou pour parler de son livre « Avec tes mains », livre sélectionné dans le cadre du Jury des lecteurs Angevins.

Cette rencontre fut particulièrement riche d’intérêt. Après une rapide présentation de son parcours, il a abordé le sujet de l’intégration. Né sur le sol Algérien, il vit en France depuis 1952 et dit aujourd’hui « la France est mon pays ». Il se sera battu contre le communautarisme et la volonté « des gens de là-bas » de faire enterrer en Algérie sa sœur, morte dans un accident de voiture à l’âge de 25 ans. Jusqu’au choix des fleurs, il aura eu à revendiquer le droit de lui en offrir pour sa dernière demeure. Il se bat tous les jours, notamment dans le cadre de ses lectures aux détenus, pour faire admettre à tous ces jeunes, et moins jeunes, que leur pays, le pays où ils sont nés pour la plupart, est respectable et leur confère des droits que celui d‘origine de leurs parents ne peut plus leur assurer. Il transmet également ce message aux collégiens et lycéens auprès desquels ils assurent des lectures. « Il faut arrêter de penser que c’est mieux ailleurs ». Il s’affranchit de la religion, a fait sienne la terre bretonne où il passe ses vacances d’été bien que domicilié dans le Gard, apprécie la cuisine française. Son enfance et son adolescence ont été difficiles, rudes, sans marque d’affection aucune de la part de ce père, solitaire. Sur ce sujet, si vous voulez en savoir plus, je vous invite à lire "Avec tes mains".

Et c’est dans l’écriture qu’il se réfugie, dès l’âge de 8 ans. C’est un homme terriblement marqué par les épreuves de la vie, très pessimiste quant au devenir de cette jeunesse d’origine maghrébine, et qui pourtant évoque les anecdotes avec beaucoup d’humour. Lorsqu’en librairie, il cherche ses œuvres, « vous les trouverez là-bas, en bas du rayon, dans le Moyen-Orient, quelque chose comme ça ! ».

Il écrit au gré de son inspiration qui semble être actuellement particulièrement débordante. A surveiller la sortie d'un livre en septembre sur les femmes battues par exemple.

A suivre également une critique prochaine sur le livre "Absentes".

C’est un homme qui aime les mots et qui nous a fait partager un très beau moment de poésie.

Annie